A la découverte de notre 2 ème cerveau Part.1 germes

26 mai 2019 / medecine-du-monde

A la découverte de notre 2 ème cerveau Part.1 germes

 

100000 milliards de germes habitent notre tube digestif

100000 milliard de germes habitent notre tube digestif et il y a mille fois plus de microbes dans chacun de nous que d’étoiles dans notre galaxie. Ce microcosme dans le macrocosme est l’écosystème le plus dense de la planète.

les 2 cerveaux ventre Part.2-Atlaneastro

Il y a 100 fois plus de microbes que de cellules dans notre corps et sur notre corps. Nous avons plus d’ADN bactérien que d’ADN humain. Nous sommes davantage bactériens que nous sommes humains, nous sommes un véhicule adapté.

Le microbiote : nous portons chacun à l’intérieur de nous à 1 à 2 kg de bactéries à peu près 30 % de nos calories. Comme nous ne pouvons pas digérer tout ce que nous mangeons les germes les digèrent pour nous. De façon à ce que nous en retirions de l’énergie. Elles nous aident à déterminer ce qui est toxique ou non pour notre corps, sans les microbes la survie serait difficile.
 

Nous ne connaissons pas les effets secondaires des germes sur nos corps

Stérile dans le ventre de sa mère le bébé va être colonisé par des centaines de milliards de microbes dès sa première journée de vie. Les premiers germes à s’installer dans l’intestin vont sélectionner les nouvelles arrivantes jusqu’à se stabiliser. Et composer une signature personnelle comme une espèce d’empreinte digitale. La prise d’antibiotique prise par la mère ou par l’enfant, la naissance par césarienne le biberon plutôt que l’allaitement ou encore l’excès d’hygiène Ces évènements réduisent le contact avec le microbiote de l’enfant.
Dans le futur dès le début de la vie et tout au long de celle-ci on donnera à l’humain la meilleure de toutes flores intestinale possible  afin qu’il soit colonisé correctement.

germes, bactéries ventre Part.2-AtlaneastroNous pouvons être répartit en trois groupes selon la population microbienne qui vit dans notre intestin  les antériotypes. Leur différence réside dans leur capacité à convertir la nourriture en énergie. Les trois produisent des vitamines mais à des degrés différents :  Nos gènes, notre environnement, notre nourriture. L’objectif des chercheurs est de mieux comprendre le rôle des microbes dans l’émergence de certaines maladies chroniques. Nous sommes habitués à des tests sanguin, d’urine, bientôt les médecins analyserons nos celles pour nous soigner.
 

Nous sommes désormais des centaines de milliards de germes

En ingérant la même quantité de nourriture, les animaux qui ont reçu la bactérie acarmentia stockent moins la nourriture. Cette bactérie est capable d’activer les gênes chez la souris pour brûler les graisses chez un sujet qui l’a reçu.

photo de notre intestin ventre Part.2-AtlaneastroLes chercheurs estiment que l’obésité est due à 10 % à des facteurs génétique, à 10 % à nos germes et  à 80% à notre comportement alimentaire. Notre cerveau règne-t-il en maitre sur notre personnalité ou est-il sous influence? Ce que nous sommes est influencé par nos bactéries arrivées bien avant nous sur notre planète. Pour modifier la flore intestinale chez l’humain nous avons les antibiotiques et les probiotiques. Comment la prise de probiotiques pourrait avoir un effet sur la réponse au stress. Ce que nous avons trouvé chez les femmes qui ont pris les probiotiques. Elles sont moins réactives à des images négatives et potentiellement stressantes.des millions de cellules ventre Part.2 -Atlaneastro
 

Notamment Nous ne connaissons pas encore les effets secondaires des germes sur nos corps. Mais tous s’accordent à dire que leurs effets sont avérés sur notre santé comme sur notre cerveau. Les microbes ont une influence sur comment nous nous comportons et comment nous réagissons.

 

Ce que nous sommes est influencé par nos bactéries arrivées bien avant nous sur notre planète

Nous pouvons donc en déduire que nous avons trois cerveaux. En effet, nous avons en nous cette flore bactérienne. Nous baignons dans un éco système bactérien qui nous pénètre et fait partie de nous. La vision des scientifiques à changé. Ce que nous prenions pour notre individualité n’est sans doute que le reflet d’une réalité plus complexe essentiellement faite de messages, de réseaux et de connexions encore très  mystérieuses (cliquez sur le lien un article très intéressant). Nous sommes désormais des milliers de gènes, des milliards de neurones et des centaines de milliards de bactéries. Nous sommes une multitude de liens et d’informations dont la complexité nous dépasse encore et toujours.

 

 

 

avatar

Joy Jurville

Psychothérapeute, chercheur en Astrologie et en Tarologie depuis 1981. Je vis mon métier avec passion !

 

Tags: , , , , , ,

Écrire un commentaire