Osho Rajneesh Part.4 Osho International Ashram:

23 novembre 2017 / maitre-spirituel, rencontre

Osho Rajneesh Part.4 Osho International Ashram:

 

Osho le 1 er anniversaire de son passage vers les étoiles

Osho le 1 er anniversaire de son passage vers les étoiles ashram-atlaneastroAinsi, je me suis retrouvée à Poona sans le décider vraiment. J’ai suivi cette attirance, cette envie, ce désir que je ressentais depuis plusieurs mois déjà. Aussi, je suis arrivée à l’ashram pour la célébration du premier anniversaire de la mort d’Osho (cliquez sur le lien). En Inde à Poona dans cette université de la conscience. Tout compte fait,  j’étais partie quelques jours avant que la guerre du Golf n’éclate. J’avais un ami qui avait des vieux copains qui vivaient tout près de l’ashram. Ils suivaient Osho depuis 1974. D’ailleurs, un des deux avait même fait parti de sa garde personnelle. J’arrivais dans un monde que j’avais appréhendé par les livres, lus au cours de ces derniers mois.

Osho commémorations

Osho commémorations ashram-atlaneastroEn cette période de célébration (cliquez sur le lien) du premier anniversaire de retour vers la Lumière du Maître. L’énergie était forte, fébrile, intense. Cependant, il y avait nombre de festivités organisées, un carnaval, des concerts de tablas, et autres musiques qu’ Osho appréciait tout particulièrement. Par conséquent, il y avait aussi des disputes entre certains membres. Cet anniversaire était vécu intensément par les proches. Certains pleuraient, le travail du deuil affectif s’accomplissait.

La vie à l’ashram continuait son cours

La vie à l' ashram continuait son cours-atlaneastroLa vie à l’ ashram continuait son cours avec son programme. Six méditations étaient dispensées chaque jour. La première commençait à cinq heure trente du matin, alors que la nuit siégeait encore sur la ville et se finissait lorsque les premiers rayons de soleil apparaissaient. Enfin, la dernière était à vingt deux heures, le Darshan. Nous étions dix mille probablement dans le Bouddha hall (cliquez sur le lien) chaque soir pour entendre les enseignements du Professeur.

Des disciples nous « reniflaient »

A l’entrée de la salle dont les murs étaient constitués de tulle, bleu pâle. Des disciples nous « reniflaient ». Osho n’était pas adepte du parfum. Il était plus partisan pour que chacun s’accepte et s’aime plutôt que  de se masquer sous des odeurs factices. En fait si l’on réfléchi 10000 parfums se mélangeant… Et la chaleur des nuits indiennes…Nous devions pour rentrer dans ce lieu être habillé de blanc, le soir. La journée c’était du bordeaux et ces tenues nous les trouvions à l’intérieur comme à l’extérieur  du centre.

 

 

 

avatar

Joy Jurville

Psychothérapeute, chercheur en Astrologie et en Tarologie depuis 1981. Je vis mon métier avec passion !

 

Tags: , , , ,

Écrire un commentaire