Je suis une femme et je l’assume Juliette Katz Part.1

11 juin 2020 / artiste

Je suis une femme et je l’assume Juliette Katz Part.1

 

Juliette Katz voyageuse, globe-trotteur

 

N’ayant pas sa date de Juliette Katz montage photo N et B Part.1-Atlaneastronaissance, j’ai en envie d’interpréter ce texte de Juliette Katz que j’ai fidèlement retranscrit et qui selon moi, résonnera certainement dans bon nombre d’entre nous. Il vient d’une vidéo qu’elle a réalisé et que je mettrai en lien. Cette jeune femme pleine de vie est aussi comédienne, vidéaste, et musicienne :

 

Juliette Katz photo couleur fond noir Part.1-Atlaneastro

 

« Juliette Katz sait dès son plus jeune âge qu’elle veut être chanteuse (Cliquez sur le lien Annie Winehouse aime aussi les excès). Poétesse dans l’âme. Après une connivence certaine avec Brassens, elle va se laisser entraîner par le Rock de Portishead et aussi de Massive Attack. Voyageuse, globe-trotteur, ayant vécu en Inde enfant. Elle y retourne adolescente pour donner ses premiers concerts. à Pondichery. Ensuite elle en donnera 15 autres en Russie où elle rejoint un ami.
Ronde, ce qui a laissé des traces profondes en elle. De la colère, une certaine révolte, et même si elle est devenue un des modèles les plus côté de sa catégorie. Il n’empêche qu’elle encore des comptes à régler.

 

Juliette Katz un des modèles les plus côtés de sa catégorie

 

Juliette Katz blonde pull rouge Part.1-Atlaneastro

« Aussi loin que je m’en souvienne, on ne m’a jamais parlé de ma condition de femme qu’en la pointant du doigt. Ne t’habille pas comme ça tu vas te faire agresser. Tu ne te maquilles pas aujourd’hui, c’est dommage, ça te vas bien. Fais pas trop chier les hommes sinon tu vas te retrouver seule. Et puis perds du poids, tu es plus jolie avec quelques kilos de moins. J’ai toujours eu comme images, des femmes séductrices, maquillées, parfumée, hétérosexuelle pourvue d’un vagin et de seins. Forcé de constater que  et je me suis pendant longtemps calquée sur elle. Je n’ai jamais remis tout ce fatras en question. Je suivais et m’identifiais aux autres en pensant qu’une femme c’est et ça restera uniquement ça.

 

Juliette Katz débardeur noir photo couleur Part.1-Atlaneastro

J’acceptais donc en tant que femme de porter en permanence un soutient gorge pour ne pas avoir les seins qui tombent parce que c’est moche les seins qui tombent. J’avais la sensation que sans maquillage, je n’étais pas belle. Probablement qu’avec mes poils, je n’étais pas désirable. Et par conséquent, recevoir des remarques en permanence sur mon physique parce que je suis une femme c’était normal. Que parce que je suis grosse, je resterai un plan cul pour assouvir les fantasmes des autres. Être sexualisée dans mon travail, dans la rue, dans le métro, dans ma sphère privée, était normal. Qu’un jour peut-être moi aussi je serai brutalisée parce que je suis une femme. Notamment que  je devais  redoubler d’efforts pour faire mes preuves auprès des autres. J’acceptais qu’il faille correspondre à un certains nombres de critères, afin d’être considérée et vue en tant que telle.

 

 

 

avatar

Joy Jurville

Psychothérapeute, chercheur en Astrologie et en Tarologie depuis 1981. Je vis mon métier avec passion !

 

Tags:

Écrire un commentaire