Dora Maar surréaliste une vie tumultueuse et talentueuse Part.1

23 janvier 2020 / artiste

Dora Maar surréaliste une vie tumultueuse et talentueuse Part.1

 

Dora Maar, pseudonyme de Dora Markovitch

Dora Maar, pseudonyme de Dora Markovitch, est née le  à 2h 30 à Tours, Scorpion Ascendant Balance. Elle est en effet une photographe et artiste et peintre française. Fille unique de Josip Marković architecte croate qui s’est installé en 1896, à Paris et et de Louise-Julie Voisin originaire de Cognac.

Dora Maar part seule, à Barcelone, puis à Londres.

Portrait N et B de main sur le front Part.1-AtlaneastroDora

En 1910, la famille part pour Buenos Aires où le père a obtenu plusieurs commandes dont certaines émanant de l’ambassade d’Autriche-Hongrie. Ces réalisations lui vaudront d’être décoré, notamment par l’empereur François-Joseph .En 1926, la famille revient à Paris. Dora Maar, pseudonyme, qu’elle choisit au début des années 1930, suit les cours de l’Union centrale des arts décoratifs et de l’École de photographie. Elle s’inscrit également à l’académie Julian et à l’École des Beaux-arts. Qui ont alors l’avantage d’offrir le même enseignement aux femmes qu’aux hommes.

L’atelier cesse ses activités, et Dora Maar part, seule, à Barcelone puis à Londres. Où elle photographie les effets de la dépression économique consécutive à la crise boursière de 1929 aux États-Unis. À son retour à Paris, et avec l’aide de son père, elle ouvre alors son atelier au 29 rue d’Astorg.

Dora Maar photo N et B femme aux cheveus bouclées Part.1-AtlaneastroElle fréquente l’atelier d’André Lhote où elle rencontre Henri Cartier-Bresson. Début 1930, elle installe un atelier de photographie rue Campagne-Première à Paris avec Pierre Kéfer. Photographe et décorateur travaille dans le film de Jean Epstein, « La Chute de la maison Usher«  (1928). Elle fait la connaissance du photographe Brassaï avec qui elle partage la chambre noire de l’atelier. Maar rencontre Louis-Victor Emmanuel Sougez, photographe travaillant pour la publicité. Puis l’archéologie et directeur artistique du journal L’Illustration, qu’elle considère comme un mentor.

Vers 1930, elle entame une liaison avec le cinéaste Louis Chavance. Elle fréquente le groupe Octobre, formé autour de Jacques Prévert et de Lou Tchimoukow, deux « Lacoudems » proches de Louis Chavance. Max Morise fait lui aussi partie de la troupe d’ »agit prop », après sa rupture avec le surréalisme. La première exposition personnelle de Dora est organisée à la galerie Vanderberg, à Paris.

Dora Maar rencontre Picasso aux deux Magots

Dora Mar dessin N et B de Picasso part.1-Atlaneastro

Par l’intermédiaire d’une association d’extrême gauche antistalinienne, « Masses », dirigée par René Lefebvre et administrée par Jacques Soustelle, ouverte aux marxistes et non-marxistes, avec le soutien, notamment, de Simone Weil. Elle rencontre Georges Bataille, membre de cette association depuis octobre 1933, et devient son amante jusqu’en 1934.

peinture de Dora Maar et de Picasso portaits Part.1-Atlaneastro

Après les manifestations fascistes du  devant l’Assemblée nationale française, elle signe le tract : Appel à la lutte rédigé à l’initiative d’André Breton . Fin 1935, Dora Maar est engagée comme photographe de plateau sur le film de Jean Renoir : « Le Crime de monsieur Lange ». À cette occasion, Paul Éluard lui présente Pablo Picasso en  dans le café Les Deux Magots.

 

 

 

avatar

Joy Jurville

Psychothérapeute, chercheur en Astrologie et en Tarologie depuis 1981. Je vis mon métier avec passion !

 

Tags: , , , , ,

Écrire un commentaire