Marie de Hennezel la loi grand âge Part.1

24 mai 2020 / medecine-du-monde

Marie de Hennezel la loi grand âge Part.1

 

D’après un enregistrement de Marie Hennezel

 

 

Après de longs atermoiements, la question a été tranchée. Les plus de 65 ans ne resteront pas confinés après le 11 mai. Cette décision a soulagé les premiers concernés mais aussi les acteurs du secteur qui ont alarmé sur les risques psychosociaux d’une telle décision. L’épidémie invite la question du vieillissement au centre des discussions, familiales, sociales mais aussi politiques. Il y a quinze jours, Emmanuel Macron a promis un plan massif pour nos aînés, remettant à l’ordre du jour la loi « grand âge », évoquée par le chef de l’État depuis mi-2018.

Comment la crise que nous traversons nous invite-t-elle à changer notre regard sur la vieillesse ? Selon Marie de Hennezel : Le confinement invite à un voyage vers l’intériorité. La perspective de la mort oblige à s’approfondir, à se poser les questions profondes ». Tous les acquis que nous avons eu sur les droits des personnes en fin de vie sont mis à mal. La liberté de refuser un traitement ou de préférer voir sa famille plutôt qu’être protégé n’est pas entendue. Nous avons beaucoup travaillé à ce que la liberté des personnes soit protégée. »

 

Marie de Hennezel : Le confinement invite à un voyage vers l’intériorité

Marie de Hennezel sur une affiche une senior derrière la fenêtre Part.1-Atlaneastro

 

Quel est l’impact du confinement sur les personnes âgées ? Pour en parler, nous recevons la psychologue clinicienne Marie de Hennezel, autrice notamment de : « Et si vieillir libérait la tendresse ».

Ça fait bien longtemps que Marie de Hennezel dénonce le déni de la mort qui pèse sur nos sociétés. Nous prenons conscience actuellement de nos vulnérabilités face à la mort. Et nous nous retrouvons avec des angoisses face à cette prise de conscience brutale, que nous sommes mortels et cette révélation change notre rapport à la mort.

Nous avons souvent été en contact avec la mort lointaine. Par contre la mort intime, celle qui  peut me toucher, toucher des proches peut me faire accepter, le confinement, le fait de me protéger. Il y a une peur véhiculée par la Covid-19. Cependant si on se tourne vers les EPADHS où bon nombre de personnes âgées y ont élu domicile. La façon des établissement quand à s’adapter à cette pandémie a été d’une brutalité peu commune. Marie de Hennezel nous confie encore, Je me rend compte aujourd’hui, en parlant avec des personnes confinés, qui me confient que ce retour à soi les ramènent à elles mêmes, à leurs valeurs, à ce qui compte, à ce qui est essentiel. Et notamment elles disent je protégerai ces valeurs retrouvées. J’entends aussi depuis peu : « je suis heureux finalement avec peu de choses ». Ce qui est interpellant, dans cette vie de sur-consommation qui nous a envahi au fil du temps.

 

Ça fait bien longtemps que Marie de Hennezel dénonce le déni de la mort

Marie de Hennezel veste grise Part.1-Atlaneastro

 

C’est la relation avec les autres qui a été plus que perturbé ces derniers temps Nos habitudes ont été mises à mal, malgré les téléphones et autres supports qui ont pris le relais. Le manque de contacts, d’échanges que ce soit avec la nature, la culture, le théâtre, le cinéma et nos proches s’est ressenti violemment pour beaucoup en EPADS et en autres maisons d’accueil.

Tous ces manques nous font prendre conscience de l’importance de l’autre, des autres dans nos vies, et sur notre planète. Et aussi de tous les désordres inhérents à nos façons de vivre bientôt obsolètes que nous avons imposées ici-bas. Nous avons pris conscience  que ça n’arrive pas qu’aux autres. Que nous nous sommes retrouvés au centre du tsunami, confinés. Nous qui avions un bandeau sur les yeux. Persuadés d’ailleurs de notre immunité et autorité à prendre des décisions absurdes et lourdes de conséquences que ce soit pour notre Mère-Terre et tous les êtres qu’elle héberge. Nous avons pris pour un temps les rennes pensant que notre côté prédateur ne serait jamais remis en question.

 

Marie de Hennezel nous confie encore

 

Marie de Hennezel souriant à la table d'un café Part.1-Atlaneastro

 

Et en effet, actuellement le manque de liberté apparait pour chacun comme un trésor perdu. Dans cette période inquiétante, et anxiogène. Ce sentiment d’angoisse au présent et dans l’avenir affecte le moral de beaucoup d’entre nous. Et au risque de me tromper cette prise de conscience que d’être vulnérable nous enjoins probablement à prendre des décisions politiques individuelles vers la préservation de ce qui compte vraiment pour chacun d’entre nous (Cliquez sur le lien un article d’A. Jodorowsky)

Il y a une conscience écologique qui apparait, une préservation de la liberté individuelle. J’ai le sentiment que nous vivons un retour de la vie spirituelle, d’un certain mysticisme. Bon nombre d’entre nous, iront vers la prise en compte qu’il y a un monde subtil au-delà du notre. Cette connexion avec notre âme, notre « confident » est essentielle à un bon équilibre. Les gens se rendent comptent qu’ils occultent tant de choses. Je vois beaucoup de gens méditer aujourd’hui. Tous les jours nous pourrions prendre un temps avec nous même. Un temps pour se poser, pour faire attention à notre respiration. Pour devenir un observateur conscient. Je sais que ces pauses quotidiennes existeront dans le futur.

 

 

 

avatar

Joy Jurville

Psychothérapeute, chercheur en Astrologie et en Tarologie depuis 1981. Je vis mon métier avec passion !

 

Tags: , , , , , ,

Écrire un commentaire