Ousmane Sow Part.2

4 août 2020 / artiste

Ousmane Sow Part.2

 


« Avec l’irruption de ses Nouba au milieu des années 80, Ousmane Sow replace l’âme au corps de la sculpture, et l’Afrique au cœur de l’Europe ». Emmanuel Daydé.

La carrière d’artiste de Sow

 

Ousmane Sow les Nouba Part.2-Atlaneastro

Selon ce que je sais, la carrière d’artiste de Sow fut en effet aussi courte que fulgurante. Mais sans doute doit-on à son passé de sculpteur anonyme et secret, dont il détruisit toute trace. L’éclatante maturité artistique dont firent preuve les œuvres qu’il n’accepta de montrer pour la première fois qu’à l’âge de cinquante ans. « Les Nouba », elles furent aussitôt reconnues et sont aujourd’hui emblématiques de son travail. Présentés

en 1987 au Centre Culturel Français de Dakar, « le Nouba assis et le Nouba debout » sont exposés dès 1992 à la Documenta de Kassel, et en 1995 à la Biennale de Venise.

Ousmane Sow les Petits Nouba Part.1-Atlaneastro

Ensuite, suivra la naissance de trois séries africaines : les Masaï, les Zoulou, et les Peulh. C’est seulement dix ans plus tard qu’Ousmane Sow entreprend la création de la série Petits Nouba. Forcé de constater qu’estimant n’avoir pas abouti la série Nouba de 1984. Il a souhaité, sans doute, la travailler encore et encore.

Sculptant la plupart du temps des hommes en action, l’artiste fait de la lutte la métaphore et le lieu même de son travail.
S’attachant à représenter l’homme. Sow travaille par séries et s’intéresse aux ethnies d’Afrique puis d’Amérique. Notamment, il puise son inspiration aussi bien dans la photographie que dans le cinéma, l’histoire ou l’ethnologie. Ousmane est intarissable sur ces sujets qui ont envahi sa vie et ça le rend joyeux.

 

Sow s’intéresse aux ethnies d’Afrique puis d’Amérique

 

En 1999, à Paris, sur le Pont des Arts, entre le Louvre et l’Académie,  s’installent en majesté les séries africaines, mais aussi la Bataille de Little Big Horn qui vient de naître. Un acte fort pour la reconnaissance de son œuvre, notamment, et aussi une fierté pour l’Afrique. Ce continent auquel il pense en acceptant  la proposition d’entrer sous la Coupole.

Ousmane Sow la bataille de little Big Horn Part.2-Atlaneastro

Comment Ousmane Sow aurait-il pu imaginer que, quatorze ans plus tard. Il traverserait le Quai Conti pour faire son entrée à lAcadémie des Beaux-Arts ? Et qu’il serait pour le coup, le premier homme noir à intégrer cette institution. Lui qui fit ses début en sculpture à l’école primaire de Rebeuss. Et dont la première œuvre, exposée sur l’armoire de la classe fut celle d’un petit marin taillé dans du calcaire. Il ne cessa de sculpter depuis, tout en pratiquant à l’âge adulte son métier de kinésithérapeute.

La nuit ou entre deux patients, ses cabinets se transformaient en ateliers de sculpture. Y réalisant des films d’animation, avec une caméra Pathé à manivelle, à partir de petites sculptures animées. Une vie entière à vivre son art dans le secret. Il y a une souffrance dans son oeuvre. Celle d’un être qui pour x raisons qui viennent bien entendues de son enfance. Ne peut accepter d’être sculpteur. Alors que chaque instant volé pour sculpter était un moment de bonheur intense.

 

Comment Ousmane Sow aurait-il pu imaginer que, quatorze ans plus tard

 

Il restera hanté jusqu’à son décès par ces sculptures animées sur lesquelles il travaillait les derniers temps avec passion. Qui probablement, tournaient toujours autour du même visage, celui de l’Empereur fou. Il est obsessionnel. Je suppose en tant qu’Astrologue. Qu’il a probablement un axe Taureau Scorpion. la transformation de la matière et Ousmane est un être inspiré. Son oeuvre est vivante.

Ousmane Sow visage d'1 femme et 1 homme sculpture monumentale Part.2-Atlaneastro

 

 

 

L’exposition que j’ai vu de lui, il y a quelques année au Pont du Gard, m’a enchanté. Lorsque je suis arrivée et que je suis rentrée dans la salle d’exposition. J’ai été transportée dans un théâtre. Sur la scène des comédiens qui n’attendaient qu’un signal pour s’animer. C’est comme si Ousmane donnait vie à ses personnages. Ses sculptures ont des cheveux, des yeux colorés. Le vivant s’impose à nous. Et il m’a fallut un moment pour comprendre que j’étais dans une salle d’exposition. L’éclairage participait aussi à cette mise en scène.

 

Je ressens chez Ousmane un artiste angoissé

 

Ou le fil déroulé m’emmenait dans des villages, des tribus africaines. Et je pouvais voir le cordonnier. Je vivais des scènes de la vie quotidiennes de certaines ethnies. J’étais en voyage et la Sagittaire que je suis à adoré cette exposition. Cette percée dans un autre temps qui perdure peut-être d’ailleurs dans des coins reculés de notre Terre-Mère. Je ressens chez Ousmane un artiste angoissé qui s’exprime avec son outil. Et il nous raconte tant de choses. Sculpteur, et kinésithérapeute car il est né sculpteur. Il a une connaissance du corps qu’il peut aisément retranscrire dans ses personnages.

Ousmane Sow portrait cheveux et barbe blanche Part.2-Atlaneastro

 

Ousmane est un être habité qui avait une peur certaine cet axe Taureau Scorpion entre autre. Et je ressens qu’il était aussi inspiré comme beaucoup de grands artistes. Médium, cette perméabilité qui fait qu’il est réceptif, intuitif et créatif. Qu’il fuit d’une certaine façon la réalité et un monde qui ne lui convient pas. En fait c’est un visionnaire qui voit des films qui se dérouler devant ses yeux.

 

 

 

avatar

Joy Jurville

Psychothérapeute, chercheur en Astrologie et en Tarologie depuis 1981. Je vis mon métier avec passion !

 

Tags: , , , , ,

Écrire un commentaire