Lucy Raverat une peinture inspirée, et visionnaire Part.1

15 mars 2020 / artiste

Lucy Raverat une peinture inspirée, et visionnaire Part.1

 

Être une artiste et de vivre de ma peinture.

« J’ai toujours su depuis ma plus tendre enfance qu’il y avait deux réalités qui s’interpénètrent dont nous ne sommes pas toujours conscients. D’ailleurs ce questionnement m’a suivi pendant des années. Ayant d’une part vécu ma vie en y incluant mon histoire, mes repères, éducation, nationalité, corps, choix de vie dont la peinture. Et d’autre part tout ce qui me définie comme une personne qui un jour quittera cette enveloppe que j’appelle Lucy. Et par ailleurs, une soif inextinguible d’une connexion spirituelle où « l’ipséité » disparait et où je me fond dans l’infini, le divin, la Présence ». Lucy Raverat

Lucy Raverat the vortex Part.1-AtlaneastroMon arrière -arrière-grand-père était Charles Darwin (Cliquez sur le lien un article sur lui), et j’ai grandi dans une famille intellectuelle et artistique à Cambridge, Angleterre. Mon grand-père était un peintre français, Jaques Raverat. Il était l’ami proche d’André Gide. Et d’ailleurs, ma famille à vécu à Vence en Provence à la  même époque que Matisse, jusque à la mort précoce de Jaques.

Ma mère avait neuf ans quand Lucy Raverat Charles Darwin Part1--atlaneastroma Grand-mère à décidé de rentrer en Angleterre pour élever ses deux filles. Cependant elle faisait partie du groupe Bloomsbury qui comptait pour le coup Virginia Woolf. C’est pourquoi, ma famille m’a toujours encouragé. Et pour moi, il me fut aisé de  faire ce choix, d’être une artiste et de vivre de ma peinture.

Cette réalisation m’a été donnée grâce à la peinture

Au fil du temps, j’ai compris qu’il n’y a pas de dualité. Cette réalisation m’a été donnée grâce à la peinture, mon chemin de vie qui m’accompagne depuis une cinquantaine d’années. Le travail de la peinture est un travail sur la matière. En outre, il ne peut y avoir d’ expérience plus enrichissante que la vie elle-même, qu’importe les dessins qu’elle peut prendre.

Lucy Raverat peinture Part.-AtlaneastroLorsque j’étais enfant de 5 à 12 ans, il m’est arrivé de vivre occasionnellement des expériences dans lesquelles je me retrouvais soudainement aussi petite que le microbe le plus infime et aussi grande que l’univers tout entier. J’ai toujours eu l’intuition que cet éveil allait influencer ma vie toute entière. Même si je ne savais pas ce qui se passait. J’ai su d’emblée que ce que je venais de vivre n’était pas anodin. Je l’ai appelé «les grands petits» mais pendant des années, je n’en ai jamais parlé. Il y a une vingtaine d’années j’ai eu l’occasion de rencontrer deux ou trois personnes qui avait vécu une expérience similaire avec qui j’ai pu enfin partager.

Dont Andrew le grand homme que je voyais à la porte de ce magasin

Lucy Raverat galerie Andrew Part.2-Atlaneastro

Lorsque j’ai eu 16 ans, je rentrais souvent chez moi le soir vers 23 heures. Et je voyais régulièrement un couple à la porte d’un grand magasin, un homme très grand avec une femme de petite taille. Je n’ai jamais su qui ils étaient vraiment, jusqu’à ce qu’un soir mon frère William décide d’organiser une fête. Mes parents étaient partis. Le soir, j’ai frappé à la porte de sa chambre et il avait invité des copains. Quatre d’entre eux étaient assis sur le lit. Dont Andrew le grand homme que je voyais à la porte de ce magasin.

Nous avons simplement échangé un regard. Nous nous sommes « reconnus » de suite. Puis nous nous sommes revus très vite après cette nuit-là. Et d’ailleurs nous avons entamé une conversation sur l’essence de la vie qui dure depuis 50 ans. Il est mon mari, le père de nos quatre enfants et mon compagnon de vie.

Nous avons séjourné dans un château dans le conté de Wexford

Lucy Raverat peinture Huntington castle Part.1-Atlaneastro
Un an plus tard avec Andrew, nous voyagions en Irlande et nous avons séjourné dans un château dans le conté de Wexford, qui appartient à mes cousins. D’ailleurs le film de Barry Lyndon, réalisé par Kubrick à été tourné dans ce lieu. Nous y avons passé trois mois.

Mon oncle et ma tante s’étaient rapprochés d’une religion appelée « Le temple d’Isis », consacré à la dé

Lucy Raverat peinture Pat.1-Atlaneastro

esse de ce nom et au spiritisme. Ce qui les a amené à endurer toutes sortes de phénomènes psychiques dans leur château. Un soir, assise dans la bibliothèque, un peu fatiguée, je fermais les yeux et j’ai soudainement pris conscience que j’étais transportée au centre d’un œil démesuré qui me fixait de toute part. J’étais au même moment au centre de cet œil, entrain de regarder tout en étant regardée par cet oeil. J’étais complètement bouleversée. J’avais perdu la notion du temps. Puis la vision s’est estompée comme elle est venue. 

L’année suivante, Andrew et mon frère William avec d’autres amis de Cambridge ont décidé d’aller en Inde, après avoir rencontré Maharaj Charan Singh. Je les ai rejoints trois mois plus tard. Après avoir été convaincu de la véracité de son enseignement. Lors de ma visite de l’ashram de Charan Singh dans les années 70, en présence du Maître pour la première fois. Lorsque nos regards se sont croisés, « le Darshan », la vision de cet oeil que j’avais eu à 18 ans dans le salon du chateau familial s’est imposée à moi. J’étais l’observateur et l’observée en même temps.

 

 

 

avatar

Joy Jurville

Psychothérapeute, chercheur en Astrologie et en Tarologie depuis 1981. Je vis mon métier avec passion !

 

Tags: , , , , , , , ,

Écrire un commentaire